//
you're reading...
Field notes

1st entry by guest blogger Prof. Dr. Dieudonné Iyeli Katamu

                                        LA PENSEE D’ANTOINE KOFFI OLOMIDE

 

Lors de notre participation aux assises de l’Institut sur l’enfance et  la jeunesse 2005 du Conseil pour le développement de la recherche en Afrique ( CODESRIA), tenu à Dakar, le Professeur Yacouba Konaté qui m’avait donné un exemplaire de son livre intitulé : «  ALPHA BLONDY : le reggae et l’Afrique noire », m’avait dit en blaguant que lui a écrit sur Alpha Blondy, moi je peux pourquoi pas, écrire sur Antoine Koffi Olomide.

Cette recommandation du Professeur Yacouba Konate de l’Université d’Abidjan ( Cocody) est resté pour moi comme un défi à relever. Et de temps à autre, cette  phrase retentissait dans mes oreilles « tu peux écrire sur Antoine Koffi Olomide ». C’était devenu pour moi un défi à relever, une dette scientifique à payer. D’où, il fallait tout mettre en œuvre en vue de répondre à cette préoccupation intellectuelle.

Au regard des difficultés qu’il y a de rencontrer régulièrement les stars de renommée internationale, j’avais jugé utile de  chercher à ma manière à comprendre la pensée d’Antoine Koffi Olomide. C’est une manière de contourner cette difficulté  en adoptant une telle démarche. Je me suis dit, si Cyndy le Cœur a réussi à chanter Koffi, c’est-à-dire à chanter à sa manière, selon son goût les œuvres de celui-ci, pourquoi ne puis-je pas oser penser Antoine Koffi Olomide en présentant aux lecteurs ma compréhension de la pensée de cet artiste musicien qui a marqué de ses empreintes la musique africaine, en général, et congolaise, en particulier ? C’est la démarche que nous optons dans le cadre de cette recherche qui est en cours.

Le risque d’une telle démarche est qu’à un certain niveau, et dans certains points, il y aura certainement décalage entre ce que l’auteur pense réellement et notre compréhension de sa pensée. Mais, ce qui peut paraître comme inconvénient peut, à un certain niveau se révéler bénéfique dans ce sens que, cette démarche peut permettre de comprendre les différentes facettes de cette pensée et l’appréhension que les autres, les mélomanes ont de la pensée de cet artiste musicien congolais de renommé international.

Pour parvenir à déceler ce que nous pensons être la pensée d’Antoine Koffi Olomide, nous comptons auditionner ses différentes œuvres en mettant de côté, les œuvres que les artistes musiciens ont produits dans les  albums du Quartier Latin International. Ainsi, les chansons telles que « Coucou », « Pharmacie », « Biblia »… pour ne citer que celles-là, sont exclues de notre champs d’analyse.

Bien que l’artiste musicien ait produit certaines œuvres avant la création du Quartier Latin International, nous jugeons utile de focaliser notre attention sur les œuvres produites dans cet orchestre. C’est une question de choix. Mais, un choix dicté par la richesse de la production musicale d’Antoine Koffi Olomide depuis la création de cet orchestre jusqu’à l’heure actuelle où nombreux albums sont produits : « Stephie », « Henriquet », « V12 » « Loi », « Attentat », « Monde Arabe », « Boro ezanga kombo », etc.

En adoptant une telle démarche, il y a un certain nombre de questions qui nous traversent l’esprit. Pourquoi Antoine Koffi Olomide se fait passer pour l’homme aux mille surnoms ? Qu’est-ce qu’il recherche derrière tous ces surnoms qu’il change à tout bout de champs ? Dans l’hypothèse où ces surnoms lui sont attribués par ses fanatiques, qu’est-ce qui se cacherait alors derrière ces surnoms (« Rambo du Zaïre », « Petit frère ya Jésus », « Le grand Libanais », « Mokulukulu », « Le grand Mopao », «   Mopao », « Mopao mokonzi », « Mopao molakisi »,  « Benoît XVI », « Nzete ya mapela », « Nzete moselu », « Nzete ya mbila »,  « Songe ya mbeli », « Chocolat chaud ». Pourquoi l’artiste musicien accorde une grande importance à l’amour dans ses chansons ( « Stephie », « Rue d’amour », « Elle et moi », « Petite sœur » , V.I.P »,  « Sylvie », « Bye bye », « Alya », « Katagourouma », « Ikia », « L’amour n’existe pas », etc) ? Pourquoi il y a-t-il une forte pesanteur de la religion dans les œuvres de l’artiste musicien « Dieu voit tout », « Tchatcho dit sorcier », « Endrada », « Myriam », « Petit frère ya Jésus », « Grand prêtre mère », etc.) ? Quelle est la pensée sociale, politique, économique, culturelle d’Antoine Koffi Olomide ? Quelles sont les théories sociologiques dont fait recours Antoine Koffi Olomide dans ses différentes chansons ?

Ce sont là autant de préoccupations qui nous intéressent dans cette recherche et auxquelles nous tenteront de trouver des réponses. Toutefois, il n’est pas du tout facile d’analyser une œuvre aussi riche et complexe comme celui de l’homme du 13 août qui opte à dessein pour un langage proverbial, parabolique et argotique. Il faut se mettre dans sa peau et à l’école de son langage pour savoir ce qu’il veut dire sans  la certitude de l’avoir toujours bien compris.

Parmi les difficultés qui nous attendent dans cette recherche, il y a lieu de souligner que si sur certains aspects l’artiste musicien est resté le même d’un bout à l’autre de son œuvre, il est resté constant , dans d’autres, il adopte des points de vue différents de ceux d’hier. Faut-il, à l’instar de Karl Marx, parler d’un Antoine Koffi Olomide de la jeunesse et de celui de la maturité ? Certaines de ses prises de position dans les domaines de l’amour, de la religion, de l’Etat, pour ne citer que ceux-là, paraissent parfois contradictoires selon qu’on se réfère à telle ou telle autre œuvre.

Là où il y a contradiction, à quoi est due celle-ci ? Est-ce que les idées postérieures viennent e corriger les idées antérieures ou cohabiter avec elles ? Est-ce que certaines prises de position sont-elles liées aux circonstances qui les ont vues produire ou simplement au dynamisme de l’esprit humain ?

 

Dieudonné Iyeli Katamu

Tél : (+243)812674408

Email : iyelikatamu@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Advertisements

About Congo Research Network

The Congo Research Network (CRN) is a community of researchers working on DR Congo and its diaspora across the Humanities

Discussion

One thought on “1st entry by guest blogger Prof. Dr. Dieudonné Iyeli Katamu

  1. L’abondance et la richesse des interrogations soulevées dans cette recherche à venir, portent en leur sein l’idée de produire pour chacune d’elles des Tomes, de cette sorte, toute la génération qui se serait intéressée de bien pénétrer cet environnement aux multiples facettes, inépuisables, etc

    Posted by Delphin | July 9, 2011, 3:30 pm

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Archives

%d bloggers like this: